Articles

  1. À l’heure du déconfinement graduel de la population, les commerces et fournisseurs de services sont heureux d’accueillir à nouveau leur clientèle après de longues semaines d’absence. Pour leur part, les consommateurs reviennent timidement en magasin se procurer les biens dont ils se sont privés. Face aux nouvelles règles de distanciation sociale, est-ce que ces deux partenaires de longue date sauront se retrouver ? Les consommateurs exprimeront-ils les mêmes besoins ?

  2. Pendant que la crise sanitaire fait frémir l’économie à l’échelle mondiale, des réflexions émergent çà et là chez les investisseurs, les gens d’affaires et les consommateurs. Est-ce que l’électro-choc provoqué par la propagation du coronavirus pourrait nous ramener à des valeurs se rapprochant d’un modèle économique plus vert et plus responsable ? Les stratégies de développement durable ou de responsabilités sociales d’entreprises (RSE), longtemps considérées comme de simples plus-values, font une fois de plus la démonstration de leur importance durant la crise actuelle. 

  3. Pendant que la pandémie de la COVID-19 ralentit l’activité économique, les propriétaires d’entreprises sont à pied d’œuvre pour préparer la relance économique et surmonter la crise. Face à des coupures importantes de personnel, des pertes importantes de liquidités et l’attente d’un retour à la normale, les gestionnaires doivent réévaluer leurs stratégies d’affaires. Toutefois, la reprise économique semblant poindre à l’horizon, certains défis auxquels les entreprises étaient confrontées risquent fort de revenir. Tel est le cas de la rareté de la main-d’œuvre qui, malgré les mises à pied massives, refera inévitablement surface en raison de la structure démographique du Québec.  

  4. La dimension économique et financière constitue l’un des quatre piliers du développement durable pour qui toute organisation est toujours prête à aller au front. Les acteurs du développement durable ont l’habitude de moins aborder cette dimension, souvent déjà traitée aux petits soins par les gestionnaires, pour mettre l’accent sur les maillons faibles que sont les enjeux sociaux, environnementaux et la saine gouvernance.

  5. Déclarée par l’Organisation de la santé mondiale il y a tout juste une semaine, la pandémie de la grippe COVID-19 a paralysé l’ensemble des activités humaines sur la planète avec une ampleur insoupçonnée. L’incertitude, ennemi numéro un de nos économies de marché, a gagné les gestionnaires d’entreprises de tous ordres et l’absence de la clientèle a fait le reste du travail. Dans un contexte où la santé de la population devient la priorité numéro un, quels sont les leviers des entreprises pour rebondir le plus judicieusement jusqu’à la levée de l’état d’urgence sanitaire ?

Partenaires financiers

Table régionale de développement durable en entreprise