Articles

  1. Représentant 10 % du PIB mondial, avant la COVID-19, l’industrie touristique était, et sera encore, un moteur économique important pour plusieurs pays. Comme plusieurs secteurs d’activité, cette industrie subit les pressions des marchés, et surtout, de la clientèle qui accorde davantage d’importance au développement durable dans leurs choix de destinations et d’attraits lors de leurs vacances.

  2. Quand les actionnaires de Chevron, sixième plus grande pétrolière au monde, votent, à plus de 60 %, pour une proposition lui demandant de réduire ses émissions de carbone , engendrées par l’utilisation de ses produits, on est en droit de se dire qu’il se passe quelque chose! En effet, rares sont les interventions d’actionnaires lors des assemblées annuelles, encore plus en ce qui a trait à une action qui ne vise pas l’accroissement du bénéfice. Chevron n’est pas la seule pétrolière à s’être fait taper sur les doigts dans les dernières semaines, Exxon Mobil (Esso) a récemment reçu la même demande de ses actionnaires et Shell s’est vue ordonnée de réduire ses émissions de GES de 45 % d’ici 2030 par un tribunal néerlandais.

  3. Les entreprises qui souhaitent adopter des pratiques de développement durable peuvent opter sur différentes stratégies : amorce une démarche structurée, adopter des pratiques innovantes à la pièce ou encore les intégrer dès le départ au cœur de leur modèle d’affaires. C’est le cas de la Microbrasserie coopérative la Chasse-Pinte, opérant le Bistro la Chasse-Pinte, anciennement le Bistro de l’Anse, qui utilise comme référence des considérations de développement durable pour chaque décision et action entreprise. Voyons comment cet engagement envers leur communauté, les travailleurs et l’environnement se traduit plus concrètement.

  4. De plus en plus on observe une recrudescence des reconnaissances remises aux entreprises, de différents secteurs d’activité, ayant intégré des pratiques de développement durable dans leurs stratégies d’affaires. D’ailleurs, le 6 mai dernier, la Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean remettait le prix « Pratiques responsables » lors de son Gala des Grands Prix Agroalimentaires présenté tous les deux ans.

  5. Depuis déjà six ans, le Centre québécois de développement durable, avec le projet PME Durable 02, s’emploie à sensibiliser, promouvoir et, surtout, à encourager l’intégration des pratiques de développement durable dans les stratégies d’affaires des entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Pour y arriver, il peut compter sur la mobilisation de 33 organismes de développement économique régional qui, eux aussi, tendent à intégrer le développement durable dans leurs services et accompagnement. Voici comment l’a fait le Créneau d’excellence AgroBoréal, organisation membre de la Table régionale en développement durable en entreprise au Saguenay–Lac-Saint-Jean : Julie Perron, du CQDD s’entretient avec sa directrice générale, Isabelle T. Rivard.

Partenaires financiers

Table régionale de développement durable en entreprise