Articles
Les entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean plus avancées en développement durable que le reste du Québec
28 Avril 2022

Les derniers chiffres sur l’intégration du développement durable au sein des entreprises québécoises publiés par KPMG dans son enquête Focus Québec 2025 : Réalisons-le, ainsi que dans son édition dédiée aux régions ressources dont le Saguenay–Lac-Saint-Jean, démontrent que les entreprises de cette dernière sont en avance sur l’ensemble des entreprises du Québec.

En effet, selon cette étude, 53 % des entreprises sondées provenant du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont mis en place des objectifs et/ou une politique de développement durable contrairement à 42 % des entreprises de l’ensemble du Québec et 35 % des entreprises des régions ressources sondées[1].

Ces données viennent corroborer les résultats du sondage mené par le CQDD en 2020-2021 auprès d’entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean où 55 % des répondants ont mentionné avoir réalisé des actions ou des projets de développement durable dans les dernières années.

Une pression venant des consommateurs

Certains autres chiffres de l’enquête québécoise démontrent que la pression des consommateurs se fait de plus en plus sentir par rapport à leurs attentes envers des produits et des entreprises plus écoresponsables. En effet, l’enquête rapporte que 68 % des répondants se disent influencés par les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) à titre de consommateur. Cependant, cette influence n’est pas aussi présente chez les répondants provenant des régions ressources où ce sont 54 % qui ont indiqué être influencés par ces facteurs.

De plus, on y apprend que les facteurs ESG influençant le plus les répondant sont le soutien de l’économie locale ainsi que le choix de matériaux recyclables avec une faible émission de carbone et d’énergie renouvelable. On mentionne aussi que plus de 70 % des répondants sont influencés dans leur choix de consommation par les pratiques corporatives entourant la santé et sécurité, l’éthique et la gouvernance responsable. C’est donc dire que le consommateur considérera les pratiques de développement durable autant dans la composition des produits qu’il achète que pour l’ensemble des activités de l’entreprise qui les produisent.

Il est à noter que 76 % des entreprises répondantes de l’ensemble de l’enquête affirment que le développement durable est un facteur important dans le développement de nouveaux produits prouvant ainsi que des changements s’opèrent.

Les facteurs ESG pour être un employeur de choix

Les jeunes travailleurs, nées après 1990, sont connus pour leur intérêt marqué envers les enjeux environnementaux et sociétaux comme en témoigne leurs choix de consommation, mais également leurs choix d’emploi et d’employeur.

L’enquête révèle que 72 % des répondants considèrent une organisation comme un employeur de choix lorsqu’elle prend position sur un enjeu de société qui les touche et qui s’accorde avec leurs valeurs. Cet aspect attractif pour la main-d’œuvre vient également fidéliser les employés déjà en poste lorsque leur organisation fait preuve d’une grande implication et d’une prise de position affirmée pour les causes qui les rejoignent.

Ces attentes de la main-d’œuvre ne sont pas aussi présentes dans les régions ressources sondées puisque, selon l’enquête, ce sont 58 % des répondants de ces régions qui accordent de l’importance aux valeurs sociétales et environnementalesdans la considération ou non d’une offre d’emploi.

L’économie circulaire comme solution aux défis actuels?

Toujours dans les régions ressources sondées, on rapporte que 40 % des répondants ont constaté des collaborations entre entreprises de même secteur ou de secteurs différents afin de relever les défis actuels auxquels ils sont confrontés, c’est-à-dire, ceux touchant : la main-d’œuvre, l’approvisionnement, le transport, la distribution et tout ce qui entoure la technologie. Ces collaborations sous-entendent que de plus en plus d’entreprises utilisent des stratégies associées à l’économie circulaire pour relever les défis et demeurer compétitives. Ainsi, le partage de ressources humaines entre organisations, l’achat regroupé pour bénéficier de prix plus avantageux ainsi que la mise en commun des services de livraison sont tous des exemples de moyens qui gagnent en popularité.

Le développement durable : bientôt une nécessité et non plus un choix

En résumé, les résultats de cette enquête sont en fait le reflet de ce qui s’en vient pour le Québec : l’adoption de pratiques d’affaires écoresponsables sera bientôt une nécessité pour les entreprises qui veulent croître. De fait, toute entreprise qui souhaite continuer d’attirer une main-d’œuvre de qualité et la garder, offrir des produits et services recherchés, obtenir du financement ainsi que se positionner comme fournisseurs auprès de grands acheteurs, n’aura d’autre choix que de s’y mettre. Alors, qu’attendez-vous?



[1] Les régions ressources sondées dans l’enquête comprennent le Nord-du-Québec, l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Partenaires financiers

Table régionale de développement durable en entreprise